Bourgeons en hiver

C’est l’hiver : observez les bourgeons !

Répandez la parole du jardinier !
 
Dans bien des esprits, les bourgeons sont synonymes de printemps. On leur prête une attention toute particulière lorsque les températures remontent et qu’ils commencent leur transformation. On dit alors que ça bourgeonne !
 
Pourtant, les bourgeons sont présents sur l’arbre tout au long de l’hiver. Et si on allait inspecter les arbres d’un peu plus près ?

C’est quoi un bourgeon ?

Un bourgeon est un organe de croissance. Il accumule les réserves qui permettent à la plante de produire soit l’allongement du rameau, soit le renouvellement des feuilles ou bien encore la production des fleurs.
 
Le bourgeon apparaît en même temps que la feuille, en période végétative c’est à dire au printemps et pendant l’été. Fin août, le bourgeon est déjà constitué. Il se situe généralement à l’aisselle de la feuille ce qui fait que bien souvent, on ne le remarque pas. C’est quand les feuilles sont tombées et seulement si on se décide à mettre le nez dehors qu’on peut l’apercevoir. Daignez vous approcher et vous verrez qu’il est déjà bel et bien là. La feuille laisse d’ailleurs une cicatrice sur le bourgeon : c’est la cicatrice foliaire.
Bourgeons cerisier japonais
Bourgeons d’un cerisier japonais en décembre

Mais alors, que font les bourgeons en hiver ?

Pour répondre à cette question, il faut comprendre ce qu’il y a à l’intérieur du bourgeon.
 
A l’automne, lorsque les feuilles entrent en sénescence, le méristème, qui contient les cellules végétales, entre en dormance et cesse toute activité. La division cellulaire est alors suspendue ou considérablement ralentie. C’est la période de repos.
 
Cette période de repos est indispensable à l’arbre. Ce n’est qu’après une accumulation de froid (endodormance) suivie d’une accumulation de températures plus clémentes (écodormance) que l’activité peut reprendre.

Comment les bourgeons résistent-ils au froid ?

La nature est très ingénieuse : les bourgeons sont protégés par des écailles rigides qui leur permettent de résister à des températures très négatives. A l’intérieur du bourgeon, les jeunes feuilles peuvent également être protégées par un duvet qu’on appelle la bourre. De cette manière, le bourgeon reste protégé de la pluie et du froid. 
 
Au printemps, lorsque l’arbre recommence à absorber l’eau du sol à l’aide de ses racines, les bourgeons se gonflent au point où les écailles éclatent et laissent apparaître les jeunes feuilles ou les nouvelles fleurs. A ce stade, les bourgeons sont vulnérables et ne peuvent supporter des températures inférieures à -2 ou -3 degrés. C’est pour cela que les vignerons tentent de protéger les pieds des gelées tardives en allumant des feux. 

Les différents types de bourgeons

Pour savoir ce que le bourgeon va produire (allongement du rameau, feuilles ou fleurs), il faut regarder où il se situe :
 
  • Un bourgeon terminal se situe à l’extrémité de la tige et va produire l’allongement du rameau. On l’appelle aussi bourgeon apical (l’apex étant l’extrémité de la tige).
  • Les autres bourgeons situés le long du rameau sont les bourgeons latéraux ou axillaires.
 
Les bourgeons végétatifs produisent des feuilles et les bourgeons floraux des fleurs. Il est important de savoir les distinguer pour bien tailler ses fruitiers. C’est pourquoi il est très utile de savoir observer les bourgeons en hiver.
 
Enfin, l’observation des bourgeons permet l’identification des espèces ligneuses. La disposition et l’aspect des bourgeons sur un rameau, comme le nombre et la forme de leurs écailles sont très caractéristiques d’une espèce.
 

Quelques exemples :

  • Les bourgeons du saule et du platane ne sont revêtus que d’une seule écaille
  • Ceux du tilleul en comptent 2
  • Les écailles des bourgeons de l’érable Sycomore sont dépourvues de poils.
  • Celles du chêne pubescent ou encore du magnolia sont velues
  • Les écailles des bourgeons du tilleul ont la particularité d’être rouges
  • Les bourgeons du frêne sont noirs
  • Les bourgeons du marronnier sont bruns et collants,
  • etc

Débourrement ou débourrage

Le débourrement, également appelé débourrage, est le moment de l'année où les bourgeons végétatifs et floraux des arbres se développent pour laisser apparaître leur bourre (terme désignant le duvet et les jeunes feuilles et fleurs enfouies dans les bourgeons de nombreux arbres) puis leurs feuilles et fleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *