Arroser sa plante

Plante trop arrosée… et soudain c’est le drame !

Répandez la parole du jardinier !
Quand on aime ses plantes, on les observe, on les scrute, on les bichonne. Comme une mère anxieuse pour son petit et qui s’interroge de savoir s’il est assez couvert, l’amoureux de plantes vertes se laisse glisser vers l’anthropomorphisme. A se demander sans arrêt si ses petites n’ont pas trop soif, pas trop froid, si elles ne sont pas malades ou si elles ont besoin d’engrais. Mais à force de les choyer, il peut arriver qu’on les étouffe !
 
Car un jour, soudainement, les feuilles jaunissent, puis tombent, et la plante se meurt. Que faut-il faire ?
Le jardinier amateur pèche alors systématiquement par excès. Excès d’attention qui mène tout droit au stress hydrique. Donc dans le doute, il arrose. Ce qui pousse la plante à réagir. Ce qui pousse le jardinier à arroser encore. Et puis rapidement c’est le déclin.
 
Une plante trop arrosée finit par dépérir. Tristesse ! 😢
 

Alors comment savoir si une plante a soif ?

Plusieurs indices peuvent vous mettre sur la piste. Soyez avant tout pragmatiques !
 
  • Le poids du pot. Concerne les pots de taille modérée, ceux qu’on peut soulever. Après l’arrosage, le pot est fatalement plus lourd donc prenez l’habitude de le sous-peser,
  • Si vous manquez d’habitude, allez chercher votre balance de cuisine. Attendez que le poids soit au plus bas pour arroser de nouveau,
  • Vous pouvez également enfoncer un doigt dans le terreau,
  • En cas de doute ultime, dépotez la plante et vous verrez clairement ce qui se passe du côté des racines.

Comment reconnaitre une plante trop arrosée ?

Un excès en eau favorise :

Que faire si la plante a été trop arrosée ?

Ne pas l’arroser pendant quelques jours, et éventuellement la rempoter pour s’assurer de l’état des racines et vérifier le bon drainage du pot. Si le terreau est détrempé, il faut le remplacer par un terreau sec et propre. Ne pas oublier les petites billes d’argiles et toujours utiliser des pots percés dans le fond.

Pourquoi ce stress hydrique ?

La croissance des plantes repose largement sur ses racines, dont les ramifications dans le sol permettent d’y prélever l’eau et les nutriments nécessaires. Ces activités souterraines requièrent de l’énergie et donc une respiration intense des racines, qui utilisent l’oxygène présent dans les cavités du sol. En cas d’inondation, l’oxygène, qui diffuse mal dans l’eau, vient à manquer, générant un stress sévère pour les racines et la plante. En conséquence, la perméabilité à l’eau des racines de nombreuses plantes est réduite. C’est ainsi que les plantes poussant dans un sol inondé voient parfois leur teneur en eau réduite, et leurs feuilles flétrir – un paradoxe bien connu des agronomes.
C’est pourquoi une feuille qui flétrit peut à la fois signifier un excès d’eau ou un déficit en eau. Pas facile hein ?
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.