pourquoi les tulipes s’ouvrent et se ferment ?

Au printemps, l’amplitude thermique peut plonger vos tulipes dans une douce béatitude. Leurs pétales s’ouvrent : c’est ce qu’on appelle thermonastie.


pourquoi les tulipes s’ouvrent et se ferment ?
Répandez la parole du jardinier !
Au cours du printemps, l’amplitude thermique peut être importante. Et alors que le thermomètre  grimpe au cours des premiers après-midis ensoleillés, vous vous rendez compte que certaines fleurs sont plongées dans une douce béatitude…
 
C’est le cas des tulipes qui perdent toute retenue et offrent à la vue de tous le spectacle de leurs étamines dénudées. La fleur est grande ouverte et s’abandonne à la douce chaleur des premiers rayons printaniers.
 
Ce phénomène s’appelle thermonastie et définit le mouvement d’un organe végétal sous l’action d’une variation de température. 

La thermonastie, à quoi ça sert ?

C’est sans doute une question de point de vue.
 
Celui du jardinier sera de constater avec dépit que ses tulipes ont perdu leur forme ovoïde si élégante.
 
L’insecte pollinisateur, au contraire, se ravira de constater que la fleur lui offre l’étalage de tout ce dont il raffole : nectar et pollen. Comme c’est pratique ces pétales ouvertes ! Cela lui évite l’épreuve de forcer l’entrée d’une fleur fermée.
 
Enfin la tulipe pourrait craindre la fraicheur du soir car ses organes reproducteurs sont ce qu’elle a de plus précieux. Il sera donc plus sage de refermer ses pétales pour les protéger du froid.
 
Dans ce triangle relationnel, le point de vue du jardinier a bien peu d’importance. Bien qu’il sorte au jardin, comme l’insecte, quand le thermomètre grimpe, ce n’est pas pour lui que les tulipes s’ouvrent.
 

Comment se reproduit la tulipe ?

La tulipe, qui est une plante à graines (angiosperme), se reproduit par fécondation. C’est le pollen, fourni par les étamines, qui féconde les ovules placés dans son pistil.
 
Certaines tulipes peuvent être autofécondes, c’est à dire que ce sont les étamines de la même fleur qui, placées tout près du pistil, pourront le féconder. Mais généralement, c’est le pollen provenant des étamines d’une autre tulipe d’une même espèce, qui fécondera la première. Et ce pollen devra justement être transporté par un insecte pollinisateur.
 
Même si on sait aujourd’hui qu’il est plus rapide et plus efficace de multiplier la tulipe par division des bulbes, la tulipe reste programmée pour produire des graines. Et l’insecte reste programmé pour la polliniser.

Le saviez-vous ?

Même si certains insectes sont moins frileux que d’autres, ils attendent généralement une certaine douceur pour oser leurs premières sorties.
 
« Pas frileux, [le bourdon] commence à butiner dès 10 °C, alors que les abeilles ne sortent qu’au-dessus de 15 °C. Il supporte le vent, voire une pluie fine. On peut même voir des bourdons voler sous la neige ! » source : ça m’intéresse