Une glycine en guise de brise-vue

Répandez la parole du jardinier !
 
Ce qu’on aime chez les plantes grimpantes, c’est que justement elles grimpent et quand on y pense, ça offre plein de perspectives…. surtout quand on habite en ville ! C’est pour cette raison que j’ai offert un treillage à ma glycine : pour qu’elle grimpe. Et vous savez quoi ? La glycine est une très bonne grimpeuse. Elle a mis à peine un an à parcourir toute la distance du treillage : maillot jaune pour ma glycine ! 🚴‍♀️
 
 

Pour vivre heureux, vivons cachés !

J’ouvre une parenthèse : mes voisins sont des gens tout à fait charmants. Mais mon pyjama est très pudique et tient à rester discret lorsqu’il fait son tour de jardin au petit matin (et qui n’aime pas faire un tour de jardin l’été en prenant son café, lorsque la rosée est encore fraîche ?). Parenthèse fermée 🙂

Alors comment faire grimper une glycine ?

Il existe plusieurs sortes de grimpantes. Il faut distinguer les plantes qui grimpent seules et s’accrochent à un mur grâce à leurs crampons, comme le lierre, de celles qui s’enroulent autour d’un support, et qu’il faut palisser. La glycine fait bien entendu partie de la seconde catégorie, sans quoi je n’en viendrais pas à vous parler de son treillage.

Qu’est-ce qu’un treillage ?

Le treillage, qu’on appelle aussi treillis, est un entrecroisement de lattes, généralement en bois, posées parallèlement ou croisées pour former carrés ou losanges. Les tiges ou lianes viennent s’enrouler autour des croisillons et font ainsi office de camouflage (d’où l’expression pantalon treillis dit pantalon de camouflage).
 
Bien choisir son support est important : les treillis en pin sont certes bon marché, mais le pin n’est pas suffisamment résistant pour une glycine. Il cédera sous la pression de la plante et il ne sera malheureusement pas possible de changer le support une fois la glycine installée.
 
Le pin est à réserver pour les plantes très légères, telles que la clématite, le jasmin, l’ipomée. Les bois d’acacia ou de chêne sont beaucoup plus robustes et il ne doit pas être très difficile de fabriquer soi-même son treillis avec le bois de son choix (à condition d’être un peu bricoleur tout de même).

Diriger la glycine

La glycine est une plante extrêmement vigoureuse qui peut vivre plus de 100 ans.
Pour lui façonner une belle charpente, il faut la diriger les premières années de sa vie. D’abord la laisser monter le long de son support puis une fois la hauteur souhaitée atteinte, la conduire horizontalement. C’est ce qu’on appelle le palissage.
 

Et contenir le monstre qui sommeille en elle

Attention à ne pas sous-estimer la force et la vigueur de la glycine ! Si vous n’y prenez garde, la glycine pourra aisément traverser une allée, venir s’enrouler autour d’une gouttière, monter sur un toit, et mieux vaut s’en apercevoir avant que la bête n’ait pris ses quartiers là où elle pourrait causer quelques dégâts. La première taille de la glycine s’effectue au printemps, juste avant la floraison, mais il est nécessaire de la tailler à nouveau pendant l’été.

Et l’hiver ?

C’est vrai, la glycine n’est pas une plante à feuillage persistant, alors l’hiver, elle est nue. Mais le spectacle magnifique de sa floraison vaut certainement quelques mois d’attente… et dépasse largement celui de mon pyjama !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *