La chélidoine, herbe aux verrues

La « grande chélidoine » se fait surnommer « herbe aux verrues » car elle aurait la particularité de soigner verrues et cors…


La chélidoine, herbe aux verrues

La « grande chélidoine » (prononcer kelidwan) se fait surnommer « herbe aux verrues » en raison de son suc jaune-orangé qui aurait la particularité de soigner verrues et cors. 

Cette plante, de la famille des coquelicots, s’avère parfois envahissante et aime pousser au pied des murs et jusque dans ses fissures.

Souvent considérée comme mauvaise herbe, raison pour laquelle on ne la trouve que rarement en vente chez les grainetiers, la chélidoine offre pourtant une floraison très décorative. 

Comment reconnaître la grande chélidoine ? 

  • Ses tiges sont velues,
  • Elle produit de petites fleurs jaunes à 4 pétales,
  • Ses feuilles sont molles, de couleur vert pâle et très découpées,
  • Un suc orange s’écoule de ses rameaux lorsqu’on les casse.

Origine du mot « chélidoine »

Chélidoine signifie « hirondelle » en grec. L’origine de ce nom viendrait du fait que ses fleurs jaunes qui fleurissent au moment de l’arrivée de ces oiseaux migrateurs.

La chélidoine possède bien d’autres surnoms tels que « grande éclaire », « herbe aux boucs » ou encore « lait de sorcière »

Attention : plante toxique

Le suc de cette plante est toxique et brûle la peau surtout, si celle-ci est exposée au soleil. Pour savoir comment utiliser ses propriétés médicinales, regardez la vidéo plus bas.

Vidéo produite par Le chemin de la nature :